lundi 9 janvier 2017

JE MARCHE A FLEUR DE PEAU

Et si je marche à fleur de peau, ma peau devient une fleur qui grandit.
Dans le désert. je marche à fleur de peau,
ma peau devient une fleur que l’on touche, et qui répond joyeusement,
une mélodie, même dans les villes abruptes,
même si je marche dans les foules  hostiles,
je deviens une fleur à fleur de peau,
qui dès qu’on la touche, devient un hymne d’amour.

Je marche à fleur de peau, dans les pires déserts,
dans les foules hostiles et haineuses.
Mais moi, je reste à fleur d’amour, et je grandis malgré tout,
je chante un hymne à l’amour,
et je vois les villes se transformer en champs de fleurs,
je marche à fleur de peau, et ma peau devient une fleur,
qui pousse même dans les pires déserts, et dans les villes les plus abruptes.
Ma fleur est heureuse, même seule ou mal accompagnée, ma fleur se réjouit d’être en vie.

Je marche à fleur de peau, sur le cours de l’eau,
qui annonce la tempête, mais je vais rester encore et encore à chanter l’amour,
à fleur de peau.

On ne pourra plus m’egratigner, me blesser.
Je n’ai pas d’armure mais j’aime profondément ces villes abruptes et ces déserts,
car ils sont la vie devant moi.

Je marche à fleur de peau et j’aime profondément, la vie qui s’offre à moi,
quelle qu’elle soit, et je l’accepte comme ça.
Je marche à fleur de peau dans la ville.
Il fait noir ce soir, cela ressemble à un coupe-gorge mais je n’ai pas peur.
Je chante l’amour dans la ville.
La foule se retourne, ne comprend pas de suite , elle se met à chanter à son tour.
On marche à fleur de peau, les fleurs poussent sans une goutte d’eau,
elles grandissent et dépassent les gratte-ciels.
Et nous chantons en choeur un hymne à la vie,
et nous chantons en choeur l’amour.
Nous acceptons la vie car elle est belle,
la ville s’illumine et le désert fleurit de jour en jour.
On marche à fleur de peau, et on chante l’amour,
et on chante l’amour.